Pensées de Brindilles

Une page blanche devant moi,
Des larmes aux bout des doigts.
C’est une histoire que j’écris
À l’encre de mes cris.

Ce soir c’est d’mon histoire
Dont j’hurle le désespoir.
Désespoir que je suis
Espoir que je vie.

J’écris l’âme en peine,
Car après tant de haine
J’espère trouver cette paix
Et qu’enfin je me plait.

Je veux partir de là,
Oui, m’enfuir loin là bas
Pour enfin oublier
Ce qui m’a fait tomber.

Me transporter, m’évaporer
De cette toile d’araignée
Qu’elle a si bien tissé
Et moi toute enfermé.

Je veux vivre ma vie
ho oui sans faire d’ennuis
Oublier la tristesse
Qui tant de fois me blesse

Et voir les papillons
Chanter comme des grillons
Et puis cette princesse
Qui hurle sa tristesse.

Malgré son sourire
Qu’elle ne peut faire sortir.
Ces idées qui la blesse
et qu’enfin elle délaisse.

Pauline Taillandier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s